Cie Vivre Libre ou Crevette

Discipline : Théâtre

Créée depuis peu dans le Lot, la compagnie accompagne le travail de Lenaïck Planquois, portant ainsi son dernier spectacle : À contre choix.

Lénaïck Planquois, comédienne, intervenante théâtre, porteuse du projet
Céline Cohen, comédienne, chanteuse,  metteure en scène et auteure
Wilfried Tisseyre, musicien et comédien

Mail : lenaick.planquois@gmail.com
Téléphone : 06 27 32 70 10

Vivre Libre ou Crevette

Lénaïck  Planquois a créé la compagnie « Vivre Libre ou Crevette » afin de pouvoir porter un projet mûri depuis plusieurs années, création qui va connaître de nombreuses péripéties, transformations, rencontres et directions.

C’est un seul en scène, pour un travail qui réunit aujourd’hui trois artistes.

En effet c’est suite à une rencontre professionnelle que Lénaïck collabore aujourd’hui avec Céline Cohen, comédienne, chanteuse, metteure en scène et auteure de la création.

Wilfried Tisseyre, musicien et comédien qui intervient à la mise en son, la composition de la partie musicale et à la création lumière.

C’est grâce à cette collaboration  et grâce à d’autres rencontres professionnelles et humaines que le spectacle peut enfin émerger.

À contre choix

21ème siècle, une femme se présente au public, armée d’une pomme, de quelques costumes et d’un nez rouge. Elle est actrice, mais pourrait être secrétaire de direction, étudiante, ouvrière… elle partage avec tous, femmes et hommes, les mille et un pièges tendus à un sexe dit et surtout pensé «faible».

Elle partage avec tous, femmes et hommes, les ressources qu’elle saura mettre à l’œuvre : lucidité, espoir et désespoir, auto-dérision, imagination, combativité, liberté de parole, humour. Ces armes non violentes et pourtant subversives seront garantes de sa survie, marche exutoire vers l’affirmation d’elle-même, de la jeune actrice devenue modèle porno au clown. Projet mûri depuis de longues années par la comédienne, le temps de la création est devenu évident dans un contexte où la parole semble se libérer, mais les mentalités beaucoup moins.

Évident aussi car la rencontre s’est faite, au cours d’une résidence de territoire, entre Lénaïck et la Compagnie Voraces. Des liens artistiques, humains, des valeurs partagées fondent le désir de travailler ensemble. Cette création est aussi le parcours d’une comédienne, qui, seule en scène, appelle et exorcise les démons que nombre de femmes affrontent au cours d’une vie. Mère d’un autre temps, mentors (ou employeurs de tous types) pervers, princes charmants qui s’évaporent, injonctions publicitaires à un idéal féminin fabriqué de toutes pièces… comment est-il possible d’être soi-même dans un tel environnement ?

Soi-même : imparfaite, décalée, curieuse, en doute permanent…

Lénaïck Planquois

Son parcours de théâtre débute juste après l’obtention du baccalauréat. 

Elle est formée par une compagnie professionnelle, le Théâtre de l’Éphéméride puis à l’Actor’s Studio en intégrant l‘École Parisienne Acting internationale

S’ensuivent six années à l‘École d’Arts du Havre et l’obtention du DNSEP. Lénaïck décide ensuite d’approfondir sa technique scénique en rejoignant le Centre national des Arts du Cirques de Châlons-en-Champagne où elle se fait l’élève de nombreux intervenants qui la forment au clown de théâtre. Ces formateurs sont tous issus de l’école de Jacques Lecoq, et appliquent une méthode de travail qui inspire beaucoup Lénaïck dans sa propre pratique de transmission. 

Elle travaille en collaboration avec différents artistes, multiplie les expériences : sur scène, en rue, sur les plateaux de tournage, dans des performances artistiques et elle développe un personnage : côté pile, Margo la sage et côté face, Wanda la féroce. 

Elle est aussi depuis plusieurs années, intervenante en théâtre. Elle intervient à ce titre dans différents cercles (école, association…) et auprès de différents publics, notamment intervenante pour le Théâtre-École de Pradines depuis sept ans et pour l’association Lézards de la Rue depuis deux ans. 

Elle a su développer une méthode croisée des différentes écoles de Théâtre (Lecoq, Actor’s Studio, éducation populaire…) toujours avec bienveillance et respect des individualités tout en incluant le groupe, l’être ensemble.